Pour la petite histoire : Pour bien commencer l’année, je vais vous parler d’un sujet bien gai, la Mort. Et pas n’importe laquelle en plus, celle de Neil Gaiman. Gaiman, je le connais depuis un moment. Quel lecteur de comics n’a jamais entendu parler de Sandman ? Pour être honnête, je le connaissais, mais il me faisait peur. Pourquoi ? Tout simplement parce que les échos que j’ai de son Sandman sont dithyrambiques, mais elles viennent de personnes bien plus réfléchies que moi. Je ne dis pas que je suis con hein, non, je dis juste que j’ai tendance à comprendre/chercher les choses évidentes d’un récit, et très peu les 2e, 3e, 4e lectures. Mais une amie m’a ramenée ce si joli comics Death de Gaiman des US (<3) , je n’avais plus d’excuse 😁
les personnages Sandman et Death

LA Death de Gaiman

Le persnonage de Death de Gaiman définit par elle même

Death de Neil Gaiman, c’est l’histoire de la sœur de Dream (Sandman). Je ne sais pas si Sandman raconte une histoire complète, mais dans Death, on a plutôt le droit à plusieurs histoires plus ou moins longues. La première est particulière, elle introduit le personnage, ses liens de parenté et surtout son travail. Car oui, il s’agit bien l’histoire d’un travail qu’on nous raconte ici. Les histoires montrent les différents « cas » que Death rencontre. Du suicidaire, au jeune homme ayant un accident, en passant par la vielle personne en fin de vie. Ces rencontres sont toutes bien particulières et chacun accueille la Mort à sa manière. Ce petit bout de jeune femme au teint blafard et aux allures de gothiques.

Un caractère bien particulier

Death de Gaiman review article blogJe l’ai dit précédemment chacun accueille la Mort à sa manière, cependant la Death de Gaiman, elle, est constante avec les êtres humains. J’ai une confidence à vous faire : au début, j’ai voulu écrire machinalement « la mort elle-même a un comportement différent et approprié pour chacun des personnages qu’elle rencontre » mais c’est faux ! Non, ici on a la même Mort à l’écoute de tout un chacun, Death est patiente et parcourt les pages avec son même sourire compréhensif et mystérieux. Elle écoute énormément, avec patience. Tente de donner les meilleures explications possible, et quand elle ne peut pas, elle demande même de l’aide à un de ses frères. Visiblement, elle n’a pas toutes les réponses. Elle inspire aussi. Car elle ne prend pas forcément la vie, mais quand les personnages la rencontrent, ils en restent marqués et s’ils s’en sortent vivants, ils changent… Seul son comportement avec son frère Dream diffère un peu.

On réfléchit quand même pas mal avec ce titre

J’ai fini par le comprendre, la Death de Gaiman donne à penser. Elle est tellement avenante et pleine de bon sens. Tout au long des 300 pageDeath_(DC_Comics) just a noobs de récits, elle écoute beaucoup, mais parle peu, et quand elle parle, c’est pour énoncer des choses intelligentes et poser les bonnes questions. En lisant ces pages, on a forcement les questions habituelles qui nous habitent : « Comment c’est de mourir ? ».  » Est-ce douloureux ? ». « Doit-on craindre ce moment ? ». Et finalement  » Le plus dur, c’est pour ceux qui restent non ? ». Rien que le fait que la Mort soit une jeune femme bienveillante et pas un affreux bonhomme effrayant avec faux et capuche, ça surprend. Mais la Death de Gaiman est différente et surprenante. Du coup forcément, comme les personnages qu’elle rencontre dans le comics, on pense à elle différemment, ne serait-ce que pour un moment. Je vous laisse découvrir ça ;).

Bon et finalement, avais-je raison de redouter Gaiman?

Et bien pour être honnête, j’ai mis environ un mois à finir ce titre. C’est environ le temps que je mets sur un livre qui m’intéresserait bof, vraiment inhabituel pour moi sur un titre comics. La raison ? J’aime les histoires qui nous amènent quelque part. J’aime avoir des protagonistes qui connaissent des aventures et qui ont des buts. La Death de Gaiman rencontre du monde, ça c’est sûr, mais elle n’a pas de but. Elle fait son boulot. Et le lecteur la suit. Donc oui il y a de la réflexion derrière, oui ça ouvre des pistes. Oui, c’est cool par moment, mais compliqué à d’autre ^^.

Donc…

C’est plutôt pour vous si…
* Vous cherchez des titres sophistiquées qui poussent à penser
* Vous connaissez le style Gaiman et n’en avez pas peur
* Vous n’avez pas peur des récits verbeux

Ce n’est pas vraiment pour vous si…
* Vous êtes plutôt fan de l’action et des objectifs
* Vous voulez une histoire vous tient de bout en bout en vous racontant quelque chose
* Les pages pleines de texte vous font peur

Share.

Comments are closed.