Pour la petite histoire : Wolverine est le personnage avec lequel j’ai pratiquement commencé les comics. Je dis souvent qu’étant petite, j’allais à ma bibliothèque de quartier et j’ai eu la chance d’y lire mes premiers comics (je le redis dans mon premier article ici). Bref j’y avais emprunté cet étrange livre vert, un 100% où s’affrontait Wolverine et Hulk. Le dessin était what the fuck, tout autant que l’histoire qu’il servait, il me semble. Par la suite, j’ai redécouvert le personnage sous les traits de Hugh Jackman. Il ne ressemblait en rien à ce que j’avais pu lire : plus grand, plus lisse, résolument moins sauvage et plus controlable. Moins con aussi. Et finalement on s’habitue, hein, pourquoi pas. Alors aujourd’hui ça fait bizarre de dire au revoir à Hugh/Logan/James/Wolverine Jackman.

L’intelligence du film Logan

Nous sommes plus grands que nos erreurs du passé

Pour moi le film Logan à l’intelligence de ne rien renier. Il prend en compte l’ensemble de ce qui a fait la carrière de Logan au cinéma. Tous les films, qu’ils aient été aimés ou comme ce fut plus souvent le cas, moqués, tout est assumé. Quitte à revoir le personnage refaire exactement les mêmes erreurs. Ainsi, on retrouve des références/ hommages à tous les Xmen dont une reprise d’un passage particulier du 3eme film. Soit le film le plus détesté. De la saga. On notera aussi une reprise d’un élément du 1er Wolverine, soit un joyaux important sur la couronne du fond de tiroir de la saga. Ainsi si Logan est résolument différent de ses prédécesseurs, c’est comme si Mangold (le réalisateur) nous disait que tout était assumé, si ce n’est pardonné. Personnellement, j’ai décidé de pardonner.

**Edition du 07/03/2017 : Au cours d’une discussion sur le sujet, un ami m’a dit qu’au contraire, Mangold reniait les précédents films. N’ayant pas trouvé d’articles allant dans ce sens, je persiste (peut-être à tord) et signe dans mon interprétation.**

Une cohérence appréciée (non non toujours pas dans la timeline)

Pour les adieux de Wolverine, Mangold fait les choses bien. Outre l’intelligence déjà évoquée, d’autres choses sont remarquables (dans tous les sens du terme). On ne commet pas l’affront de donner au film un nom outrageusement dragueur. Au contraire de Civil War, Apocalypse ou Days of Futur Past, pour une fois, on ne nous promet pas un arc apprécié par le public. Il eut été tentant de voguer sur le nom Old Man Logan, comme ce fut beaucoup le cas au début de la promotion. On a un Logan vieux, mais l’histoire servie ici est totalement différente. Aussi, j’ai apprécié la sobriété du titre, et je pense que je ne serais pas la seule à le noter.

Finalement, un adieu qui prend son temps

Personnellement, je ne suis pas beaucoup rentrée dans le film. Il y avait trop d’enjeux trop courts qui s’enchaînaient. D’ailleurs, des enjeux finalement jamais vraiment clôturés. On saute d’un sujet à un autre, d’une mission à une autre. Par contre, ce que permet ce film, c’est d’admirer Logan. C’est long, et ça laisse bien le temps au spectateur. Dans sa sauvagerie (merci Rated r) comme dans son caractère bourru. C’est contemplatif. On regarde le personnage dans son ultime voyage. Seulement, il est usé, fatigué, déprimé et alcoolisé, mais c’est bien Logan, qui se découvre une dernière mission. Un dernier rôle à endosser. Ça a beau lui tomber dessus, il remplira sa mission. Hey, après tout, c’est bien le meilleur dans sa partie. Bye Logan !

Y aller ?

  • Des adieux à un personnage vieux de 17 ans ça ne se loupent pas.
  • Si vous n’avez pas aimé les autres Wolverine, celui-là est résolument différent ( Mangold cherche à faire la paix).
  • Si vous avez aimé les autres Wolverine, Mangold rend hommage à ce que le personnage est au cinéma.

Ne pas y aller ?

  • Ça serait dommage de louper ça ( bon à part si tu as moins de 12 ans et que tu n’as jamais vu un Xmen ou un Wolverine (mais dans ce cas, que fais-tu sur ce blog )).

Edition du 09/03/2017 : Cette vidéo énorme retrace grandement la timeline de Logan et donne pas mal de sens à des choses dont l’état de dépression de Logan. Enorme ! A voir sans soucis avant d’aller voir le film.

Je n’ai volontairement pas parlé d’X23 ici. Pas par dédain, croyez le bien, car j’aime profondément le personnage de Laura. Je vous laisse le découvrir par vous-même. J’ai des regrets sur son approche dans le film, mais cela fera peut-être l’objet d’un autre article. Ici, le plus important, pour moi, c’est de dire au revoir au personnage de Wolverine. C’est ce que j’ai fait. Logan, James Howlett sous les traits de Hugh Jackman ne devrait plus être au cinéma ( mais au final, on ne sait pas hein). Logan is dead, long live The Wolverine.

Share.

Comments are closed.