Pour la petite histoire : J’ai adoré I hate Fairyland la première fois que je l’ai lu. Malheureusement, je n’ai pas écrit mon article tout de suite. Alors j’ai dû m’y replonger. Et vous savez quoi ? Plonger dans ce comics, c’est comme plonger dans un océan de bonbons. Tu sais que ça va faire mal aux dents, mais qu’est-ce que c’est bon ^^.Pour la petite histoire : J'ai adoré I hate Fairyland la première fois que je l'ai lu. Malheureusement, je n'ai pas écris mon article tout de suite. Alors il a fallu s'y replonger ^^. Et vous savez quoi ? Plonger dans ce comics, c'est comme plonger dans un océan de bonbons. Tu sais que ça va faire mal aux dents, mais qu'est-ce que c'est bon ^^. 
I hate Fairyland, c'est l'histoire de Gertrude ... une petite fille de 6 ans. Gertrude rêve d'évasion et d'aventure. Son rêve devient réalité lorsqu'elle se retrouve "propulsée" (telle une météorite) dans le monde merveilleux de Fairyland. Accueillie par la reine elle-même, Gertrude apprend qu'elle pourra rester autant qu'elle veut à Fairyland, "puis" pourra rentrer chez elle en "mettant la main" sur une clef magique. Pour l'aider dans sa quête, la Reine lui associe une mouche du nom de Larry. Larry et Gertrude partent donc à la recherche de la fameuse clef à travers le monde merveilleux de Fairyland... 
Malheureusement pour Gertrude, et pour le plus grand plaisir du lecteur sadique et blasé, qui en a marre des histoires choupies avec amour, bonheur, amitié et happy end à la fin, Gertrude ne va pas la trouver sa clef. 
27 ans à Fairyland, ça abîme Gertrude, elle va même parcourir Fairyland pendant 27 ans bloquée dans son corps de 6 ans. Et Gertrude, elle va devenir une complète psychopathe, haineuse, susceptible, agressive et vulgaire armée de sa petite robe rose, son nœud jaune dans les cheveux et bien sûr de sa hache. Elle parcourt Fairyland, semant des cadavres de mignons champignons, étoiles et autre lune derrière elle, tel un petit Poucet psychotique. Alors bien sûr, c'est un plaisir de suivre la quête de la miss Gertrude. C'est qu'elle en peut plus d'être bloquée dans son corps de fillette. Non seulement elle n'est pas prise au sérieux, mais alors en plus pour s'envoyer en l'air... c'est pas pratique. Et l'univers entier de Fairyland en paye les frais, car sa quête de la clef va la mener à traverser le monde féérique de long en large. Gare à qui se dressera (ou non d'ailleurs) sur son chemin. Tout est drôle et meta. Dans un premier temps, l'univers de Skottie Young m'a beaucoup fait penser à Happy Tree Friends. Un monde coloré tout mignon aux couleurs criardes et fluo, où tout parait beau et gentillet. 
Il faut dire que tous les éléments de I hate Fairyland valent le détour. Le sidekick déjà. Une mouche blasée après près de 30 de loyauté à une folle frustrée. Le langage ^^, vous vous imaginez bien que Gertrude a un langage fleuri. Le problème les gros mots n'ont pas l'air admis à Fairyland, ils sont donc remplacés par des mots mignons comme "MUFFING HUGGIN", "HUG" et autre "FLUFF". Puis il y a les armes inattendues de ses ennemis "bienveillants", c'est si surprenant, que ça fonctionne ! Pour toutes les personnes qui auraient peur ce soit trop gore, croyez-moi je suis une chochotte et I Hate Fairyland passe tout seul. Ce doit être le pouvoir du What The Fluff et du grand nawak. En fait, en one shot, I hate Fairyland aurait très bien fonctionné, mais puisque qu'une suite est à venir, j'ai hâte de retourner détester Fairyland avec Gertrude =D


I hate Fairyland, c’est l’histoire de Gertrude …

…une petite fille de 6 ans. Gertrude rêve d’évasion et d’aventure. Son rêve devient réalité lorsqu’elle se retrouve « propulsée » (telle une météorite) dans le monde merveilleux de Fairyland. Accueillie par la reine, elle-même, Gertrude apprend qu’elle pourra rester autant qu’elle veut à Fairyland, « puis » qu’elle pourra rentrer chez elle en « mettant la main » sur une clef magique. Pour l’aider dans sa quête, la Reine lui associe une mouche du nom de Larry. Larry et Gertrude partent donc à la recherche de la fameuse clef à travers le monde merveilleux de Fairyland… 
Malheureusement pour Gertrude, et pour le plus grand plaisir du lecteur sadique et blasé qui en a marre des histoires choupies avec amour, bonheur, amitié et happy end à la fin, Gertrude ne va pas la trouver sa clef.


27 ans à Fairyland, ça abîme

Gertrude, elle va quand même parcourir Fairyland pendant 27 ans, I hate Fairyland Gertrudebloquée dans son corps d’enfant de 6 ans. Et Gertrude, elle va devenir une complète psychopathe, haineuse, susceptible, agressive et vulgaire armée de sa petite robe rose, son nœud jaune dans les cheveux, ses boucles vertes (?!) et bien sûr de sa hache. Elle parcourt Fairyland, semant des cadavres de mignons champignons, étoiles et autre lune derrière elle, tel un petit Poucet psychotique. Alors bien sûr, c’est un plaisir de suivre la quête de la miss Gertrude. C’est qu’elle en peut plus d’être bloquée dans son corps de fillette. Non seulement, elle n’est pas prise au sérieux, mais alors en plus pour s’envoyer en l’air… c’est pas pratique. Et l’univers entier de Fairyland en paye les frais, car sa quête de la clef va l’obliger à traverser le monde féérique de long en large. Gare à qui se dressera (ou non d’ailleurs) sur son chemin.

Un univers surprenant et badass

Dans un premier temps, l’univers de Skottie Young m’a beaucoup fait penser à Happy Tree Friends. Un monde coloré tout mignon, aux couleurs criardes et fluo, où tout parait beau et gentillet. 
Il faut dire que tous les éléments de I hate Fairyland valent le détour. Le sidekick déjà. Une mouche blasée après près de 30 de loyauté à une folle frustrée. Le langage ^^, vous vous imaginez bien que Gertrude a un langage fleuri. Le problème, c’est que les gros mots n’ont pas l’air admis à Fairyland, ils sont donc remplacés par des mots mignons comme « MUFFING HUGGIN », « HUG » et autre « FLUFF ». Puis il y a les armes inattendues de ses ennemis « bienveillants », c’est si surprenant, que ça fonctionne ! Pour toutes les personnes qui auraient peur que ce soit trop gore, croyez-moi je suis une chochotte et I Hate Fairyland passe tout seul. Ce doit être le pouvoir du What The Fluff et du grand nawak.I hate Fairyland Slow Motion de Gertrude

En fait, en one shot, I hate Fairyland aurait très bien fonctionné, mais puisque qu’une suite est à venir, j’ai hâte de retourner détester Fairyland avec Gertrude =D

Share.

Répondre