Pour la petite histoire :
Je le reconnais volontier, je connais moins l’univers DC Comics, je ne l’ai jamais caché. C’est d’ailleurs marrant de constater que je connais bien plus les dessins animés lié à DC Comics que Marvel, mais c’est tout. La plupart des dessins animés DC sont magnifiques et c’est de là que vient toute ma culture DC . Bref, encore une fois, je m’égare. Sur ce blog j’ai bien rarement parlé des films du DC Comics Cinematic Universe ( DCCU pour les intimes). À part ma gueulante sur le perso d’Harley dans Suicide Squad ce n’est même jamais arrivé. Quand Twitter s’est enjoué sur le film Wonder Woman, j’étais super contente. Les fans de théorie du complot Marvelien allaient enfin pouvoir passer à autre chose. Surtout après la débâcle de Guardians of the Galaxy 2. Mais ça c’était avant que je ne vois le film.

Un premier pas important

En tant que premier film centré sur une super-héroïne, Wonder Woman était attendu au tournant. Il s’agissait de prouver à ceux qui l’ignoraient encore que, oui une femme en tête d’affiche d’un film de super-héros ça plaît autant que d’habitude. Encore mieux, ça en ramène même un autre type de public. C’est bankable. Bon ok, cette femme en question se promène en mini-jupe pendant tout le film, mais là n’est pas la question ! Bien que, petite parenthèse, j’ai joué récemment à Injustice 2 avec les camarades de Comics Outcast, et on a TOUS (!) apprécié de la voir apparaître en pantalon dans le jeu. Bref, avec Wonder Woman on ouvre donc une porte, et on montre la voie pour, entre autres, Captain Marvel qui arrive après.

champs de bataille des amazones

Le début du film est d’ailleurs un petit bonheur. J’ai adoré ce monde d’Amazones. Un monde sans hommes, régenté par de fières guerrières. Les scènes d’entraînements autant que les scènes de combats m’ont fait dresser les poils. J’avoue avoir eu aussi la poitrine gonflée de fierté devant plusieurs scènes. Ce qui est très étrange car, 1/ c’est une fiction, 2/ je suis bien incapable de faire le moindre mouvements montrés ici. Mais passons xD.
Cette première demi-heure, au sein de l’île, est super sympa. La première apparition du personnage de Diana est priceless : « Hello mother ». Et ça continue plutôt bien. J’ai trouvé la confrontation de Diana au monde extérieur, et surtout au monde des hommes, bien traitée. Bazafrog s’est indigné, trouvant que, pour un film qui Diana et sa mère sur l'île des amazones wonder womanaurait dû être féministe, Diana est traitée de manière bien trop naïve. Personnellement, je n’ai pas du tout été dérangé par cette personnalité. La miss a toujours vécu avec des femmes, et dans un monde très loin de toute modernité. Forcement, en sortant de sa bulle, elle est confrontée à pas mal d’interrogation, et à des mœurs différentes, qu’elle ne comprend pas forcement. Mais même hors de sa zone de confort, certaines scènes bien cocasses laissent à voir son intelligence et sa force, autant physique que de caractère.

C’est tellement brouillon tout ça

Et pourtant, la première bonne impression est vite rattrapée par des défauts qui font mal. Déjà, je le répète, je ne connais pas bien Wonder Woman. Je ne connais donc pas exactement la nature de ses pouvoirs. Et bah, grâceà ce film, je ne le sais toujours pas. Elle est une combattante hors pair : OK. Mais elle semble aussi sauter à la manière de Hulk pour se déplacer rapidement. Ce qui est étrange car, par la suite, elle semble voler. Excusez-moi mais, si elle sait voler, pourquoi perdre son temps à sauter… Diana semble aussi indestructible avec un super facteur d’auto-guérison, ça, c’est plutôt expliqué donc : OK. Mais alors, le reste de ses pouvoirs sont dans son lasso, ses bracelets et son bouclier ? C’est bien ça ? Ses bracelets, attributs des Amazones réagissent différemment, car ils sont portés par elle ?!?!? Personnellement, je n’en sais toujours rien. C’est quand même dommage pour une origine story censée installer un personnage.

Diana bouclier + epee

L’autre truc bien brouillon, c’est le montage ! Parce que ce n’est vraiment pas comme si on ne reprochait pas çela au DCCU depuis plusieurs films … Leurs putains de montages sont bordéliques. C’est rageant. Faut apprendre de ses erreurs à un moment. Dans Wonder Woman, j’ai trouvé ça encore plus flagrant que dans les autres films. Peut-être parce que le film avait toute mon attention avant de tout gâcher. Dès le début d’ailleurs, certaines scènes de combats sont cutées très bizarrement. De sorte qu’on ne voit pas la fin des mouvements par moment. C »était frustrant, mais j’aime tellement tout le passage sur l’île que j’étais prête à fermer mes yeux avec plaisir. Par contre, quand le film commence à être bien chiant ( pour moi, c’est au début de la mission, après la secrétaire, tout ça), les scènes d’actions étaient le seul truc auquel je me raccrochais. Et là, ça devient impardonnable. Je pense notamment à une récupération d’épée… Je crois que je n’ai jamais constaté un cut aussi grossier.

En avant pour les banalités

Je ne parle trop de Gal Gadot pour le moment, mais le moment est venu. Sérieusement, j’entends depuis des mois que Gadot est la Wonder Woman idéale. Excusez-moi, mais si la fille a, en effet, un physique qui a l’air de faire plaisir à la plupart et à contenter le plus grand nombre (vous l’aurez compris ce n’est pas mon cas), la meilleure actrice ne devrait-elle pas savoir jouer ?! Dans Fast and Furious, pas de soucis, on se prend tellement plus au sérieux depuis longtemps que ça passe au calme. Mais là, non, s’il vous plaît ! Non. La scène ridicule du retour dans le village vers la fin… Mais pitié ! Certains ont rigolé dans ma séance de cinéma ! Et ceux qui ont vu le film, savent à quel point cette scène n’est pas censée être drôle.
En parlant de ridicule, on parle des ralentis sur le champ de bataille ? De l’histoire d’amour sortie de derrière les Wonder Gal Gadot Woman champ de guerrefagots ? Ils se connaissent depuis 2 semaines à tout péter !!! Ok, elle a passé plusieurs milliers d’années sur une île avec seulement des femmes, mais quand même. Et puis, bon bah ce combat final….

Puisqu’il faut le faire, parlons en. La CGI est vraiment mauvaise. Pour que même moi je m’en rende compte, il faut y aller. D’habitude, c’est le genre de choses qui coulent sur moi. Je n’y connais tellement rien en design et effets spéciaux que bon… Impossible de vraiment m’en rendre compte. Mais là, et comparé à tous les films qui sont sortis depuis environs 7 ans, c’est assez évident. Et triste. En parlant à droite à gauche, j’ai découvert que le budget débloqué pour le film a été bien moins élevé que pour les autres films DC :

  • 225 millions de $ pour Man of Steel
  • 250 millions de $ pour Batman VS super man
  • même Green Lantern a eu 200 millions $
  • Alors que Diana elle a eu le droit à 145 millions…

Cela explique bien des choses nawak ! C’est quelque chose de révoltant. Pourquoi Wonder Woman aurait moins d’argent que les autres membres de cette putain Justice Leagues ?! Ça donne donc le droit à un combat final risible au possible qui clôture un film bof et a achevé de me décevoir…

Wonder Woman

Comme je l’ai dit, il y a des choses sympas dans ce film. Un truc que j’ai beaucoup aimé : c’est qu’à aucun moment on ne se réfère à Diana comme Wonder Woman. C’est pas un truc de ouf, mais j’ai apprécié, et comme Secretaire dans le film Gal Gadotil n’y a pas tant de choses que j’ai aimé ici, c’est le moment ou jamais de le dire.
Vous savez quoi ? J’ai cru en ce film, j’ai vraiment voulu y croire. Au point que quand Bazafrog m’a dit que, pour lui, le film était un nanar du niveau Green Lantern, je le croyais mauvaise langue. Alors, je n’irai pas jusque-là… Mais presque. Le truc qui sauve le film, pour moi, c’est cette fameuse île qu’on n’aurait peut-être pas du quitter. Et cet aspect : femmes fortes et intelligentes, décimer de manière intelligente à travers le film. Pour finir, je dirais que Wonder Woman passe haut la main le test de Bechdel et ça fait du bien.

Share.